Danielle Guérin - Jeune travailleur autonome du Québec 2008Il y a certaines choses qu’il vous faut connaitre sur la visualisation qui permettront d’améliorer son efficacité globale. Pour nous assurer une bonne visualisation, nous devons la rendre la plus sensorielle possible. Ce qui sous-entend qu’une bonne visualisation ne se contente pas des images mais elle doit aussi éveiller nos sens : le toucher, l’odorat, l’ouïe et le goût.

Plus vos sens seront concernés par votre visualisation plus crédible sera l’expérience pour votre esprit. Nous devons y penser comme si nous étions en train de reconstruire la réalité au sein de notre esprit, au point de penser que nous sommes réellement en train de vivre cette expérience.

L’avantage de travailler avec la visualisation au travers de la réalité est qu’elle nous permet d’écrire un scénario très précis de la manière dont nous voulons qu’il se déroule.

Il faut également que vous soyez présente dans votre visualisation comme vous l’êtes dans la réalité. Vous êtes toujours là, dans toutes vos expériences même vos rêves endormis. Parfois vous vous surprendrez à visualiser un de vos objectifs, vous allez créer un véritable petit film avec les parfums, les sons, etc. mais vous oublierez de vous y intégrer. Alors pensez bien à vous visualiser dans vos expériences, cela paraitra plus vrai à votre subconscient.

Il ne s’agit évidemment pas de vous voir comme un personnage passif, mais comme quelqu’un d’actif, vous êtes le moteur de votre scénario. Soyez submergée par la scène, sentez, touchez, entendez, goutez et agissez. Visualisez les circonstances comme si vous étiez en train de les vivre.

Le plus important est d’aller jusqu’à ressentir les émotions. Ressentez les intensément, ne vous occupez pas de savoir si vos émotions sont infantiles ou stupides, ressentez-les telles qu’elles vous viennent. Dans les semaines qui ont précédé ma nomination comme Jeune travailleur autonome du Québec au concours ARISTA en 2008, je visualisais régulièrement ce moment. Je me voyais assise dans la salle à écouter les noms des finalistes jusqu’au moment où on nommait la gagnante et que c’était mon nom. Je sentais l’émotion monter en moi, l’étreinte de mon mari si fier de moi et mes mains sur le lutrin pendant que je livrais mon discours. L’émotion était tellement forte quand je visualisais que j’en pleurais à chaque fois. Si bien que le soir du Gala des prix d’Excellence ARISTA, j’étais calme et convaincue que j’allais recevoir ce prix que je tiens fièrement dans mes mains sur la photo qui illustre cet article. 🙂

Je vous promets que plus vous mettrez d’énergie dans vos visualisations, plus vous accéderez à leur réalisation.

C’est là l’objectif d’une visualisation efficace.